Black Lives Matter. Vraiment?

La mise à mort filmée de George Floyd a rappelé les heures sombres de l’histoire des États-Unis. Les violences policières à l’encontre des Afro-Américains portent l’empreinte indélébile du passé esclavagiste de ce pays. Les noirs demeurent des citoyens de seconde zone, en dehors de l’État de droit, comme l’a opportunément rappelé Achille Mbembe. « La construction du sentiment patriotique passe par la destruction des Native Americans, puis des Noirs. On ne comprend rien à l’identité de ce pays et au sort qui y est réservé à « l’homme noir » si on ne retient pas, comme base de départ, la précarité juridique de son statut. Ici, ni la notion d’État de droit, ni celle de la démocratie ne s’appliquent à tous. » L’abolition de l’esclavage et de la ségrégation n’ont pas mis fin à des siècles de déshumanisation ancrée dans les réflexes. L’attitude des policiers, agissant dans l’espace public, sous le regards de témoins, se sachant filmés, illustrent bien un sentiment indécrottable d’impunité que même le copwatching ne semble pas ébranler et que la justice rechigne quasi systématiquement à sanctionner. André Gunthert (enseignant-chercheur à l’EHESS et spécialiste de la culture visuelle) livre une analyse intéressante de cette vidéo dans un billet sur son blog et dans une émission de radio.

Cet événement a ébranlé le monde. Il a surtout rouvert les débats sur la question de l’esclavage et de la colonisation, aux États-Unis, au Canada, en France, en Belgique, en Grande-Bretagne, ces pays qui ont pratiqué la traite négrière, l’esclavage, la colonisation, qui ont violemment et abusivement pris possession de terres occupées et perpétrés des génocides. Et l’Afrique dans tout ceci?

Tout le monde constate qu’au-delà de l’émotion suscitée par l’horreur de la vidéo, il y a eu peu de réactions. Non seulement de la part des États, mais aussi de la société civile et des peuples en général. Est-ce surprenant? Pas vraiment. L’Afrique a un rapport trouble avec l’esclavage qu’elle a pratiqué avant les deux traites (transarabique et translatlatique) et qu’elle continue de pratiquer encore aujourd’hui sous diverses formes. Selon l’Indice mondial de l’esclavage (Global Slavery Index), l’Afrique est l’épicentre de l’esclavage moderne. Et un pays en particulier s’illustre de bien triste manière.

La Mauritanie est le dernier pays au monde à avoir aboli, officiellement, l’esclavage, en 1981. La criminalisation de la pratique n’est intervenue qu’en 2007. La précision n’est pas superflue, puisque l’esclavage continu d’être pratiqué à ciel ouvert avec la collusion du Gouvernement qui en prime, traque et emprisonne les anti-esclavagistes. Les victimes sont principalement les Haratines (Maures noirs) qui ont été réduits en esclavage de générations en générations. Selon Abeid Biram Dah, fondateur mauritanien de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), principal mouvement anti-esclavage du pays, « plus ou moins 600.000 Mauritaniens, soit 20% de la population, vivent toujours en esclavage par ascendance ». En Libye et au Soudan, pays en conflits, ce sont également des noirs qui sont réduits en esclavage ou en servage, vendus ou échangés comme des marchandises. Que font l’Union africaine? les États africains (notamment les voisins)? la société civile africaine? Visiblement, ce sujet ébranle peu sur le continent. Et cet état de fait nous renvoie, dans chacun de nos pays, à nos propres réalités sociologiques et anthropologiques.

Do really black lives matter for black people?

Publié par Marlyse Noussi

Blogueuse en herbe, je suis curieuse de tout. Je partage sur ce blog mes réflexions ou celles que je trouve intéressantes (pas toujours consensuelles je l’avoue 😁🙊), mes centres d’intérêt, politique, religion, art et culture. J’aime les débats et les sujets décalés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :